Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


A. Trantoul père et fils étaient des photographes français 


A. Trantoul père et fils, Adolphe le père, né à Mascarville en 1809 mort en en 1865 Amédée le fils, né à Toulouse en 1837 mort en 1910, sont des photographes français toulousains de la deuxième moitié du XIXe siècle.


1 - Voir



Adolphe Trantoul, fils de Jean-Pierre Trantoul, géomètre et maire de Mascarville, fonde à Toulouse en 1848, à l'âge de 39 ans, un établissement de photographie au 15 rue Louis-Napoléon (aujourd'hui rue Lafayette). La photographie avait été inventée quelque neuf ans plus tôt. Où avait-il appris son art ? À Paris peut-être, seul centre français de la photographie à l'époque, mais plus sûrement dans la région toulousaine par suite de la venue d'un maître de l'art, inventeur de surcroît : André Adolphe Eugène Disdéri. Ce dernier habita Nîmes mais aussi Toulouse et sans doute Saint-Girons comme le prouve, par exemple, le nom de ces villes inscrites au dos des photographies du photographe Fauré qui dit en être le successeur 2.
Cécile Toulouse dans son mémoire de maîtrise démontre que Disdéri fonda à Toulouse une véritable école de photographie qui fit de cette ville le second centre français de l'art photographique et de l'industrie qui lui est lié.
En 1855, Adolphe Trantoul devient membre3 de la Société française de photographie (SFP) et le restera jusqu'en 1864. Il fut le premier photographe professionnel du sud-ouest de la France à s'inscrire à la SFP.
Il emploie son jeune frère Victor Trantoul (1829-1903)4 et initie très tôt son fils Amédée à la photographie puis ils travaillent ensemble jusqu'en 1865, date de sa mort survenue alors qu'il n'avait que 56 ans. Beaucoup de photographes professionnels de cette génération sont morts jeunes, empoisonnés par les produits chimiques5 qu'ils employaient et en particulier par les vapeurs de mercure nécessaires à l'élaboration des daguerréotypes6,7,8.
Amédée Trantoul prit la succession de son père et bientôt se fit un prénom. À ce moment, la grande mode de la haute société, puis, l'exemple aidant, celle de la société entière, était la carte de visite photographique inventée par Disdéri, une carte avec sa propre photo dessus. Le petit studio d'Amédée Trantoul au 2e étage du 15 rue Louis-Napoléon à Toulouse drainait tout le Midi de la France, de Montpellier à Bordeaux, si bien qu'il fut amené à faire construire9 dans cette même ville, en 1877, au 18 rue Alsace-Lorraine, à l'angle de la rue de la Pomme, encore visible et en parfait état, devenu dans les années 1920 la succursale Citroën, et actuellement le magasin Devred. C'est un immeuble de type haussmannien aux larges baies vitrées10 capable d’accueillir des visiteurs de marque dans des salons d'attente confortables, plusieurs studios accompagnés de leurs laboratoires traitant avant et après la prise de vue les plaques sensibles de matériels photographiques lourds et de grandes dimensions, appareils multi-objectifs qui prenaient d'un clic huit photos dans le même temps et qui venaient pour la plupart de Belgique, pays qui produisait à l'époque le nec plus ultra en la matière : l'artisanat du fils d'Adolphe Trantoul était devenu une petite industrie.
Amédée Trantoul finira sa vie à photographier les monuments (parfois pour le compte des Inventaires nationaux), les paysages, villes, villages et villageois de l'Aquitaine que Labouche Frères éditera sous forme de cartes postales.
On peut trouver ses photos dans différents musées français, à la Bibliothèque nationale de France (BnF), sur Rosalis bibliothèque numérique de Toulouse, chez les collectionneurs et sur Internet.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-

-




-

Page précédente


Les partenaires : Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -