Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Agnès Varda est une photographe et plasticienne française 


Agnès Arlette Varda, née en 1928 à Ixelles en Belgique, est une photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française, rares réalisatrices de la Nouvelle Vague, a notamment réalisé les films La Pointe courte, Cléo de 5 à 7, Sans toit ni loi, .....


1 - Voir



En 2002, l'ensemble de son œuvre cinématographique est récompensée par le prix René-Clair de l'Académie française.
Agnès Varda, née d'un père grec et d'une mère française, fuit la Belgique en 1940 pour s'installer avec sa famille à Sète où elle vit son adolescence.
Venue à Paris, elle étudie la photographie à l'École des beaux-arts et l'histoire de l'art à l'École du Louvre. Jean Vilar dont elle connait la femme depuis son adolescence sétoise lui offre un emploi de photographe au Théâtre national populaire qu'il dirige alors. De sa liaison avec Antoine Bourseiller nait Rosalie Varda, future costumière de cinéma.
En 1954, avec peu de moyens, elle tourne son premier long métrage de fiction, La Pointe courte joué par Philippe Noiret et Silvia Monfort et monté par Alain Resnais. Ce film fera date, il apporte un souffle de liberté sur le cinéma français, comme l'écrit la Revue belge du cinéma1 : « Tout le nouveau cinéma est en germe dans La Pointe courte — film d'amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. […] Chronique néo-réaliste d'un village de pêcheurs et dialogue d'un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n'a jamais caché l'influence que ce film a eu sur lui. »
Elle rencontre le réalisateur Jacques Demy, son futur époux, au Festival de Tours en 1958. Ils seront les parents de Mathieu Demy et Jacques Demy adoptera Rosalie2.
En 1961 elle réalise Cléo de 5 à 7, un film sur une belle chanteuse qui erre dans Paris, se croyant mortellement malade. Puis avec Les Créatures et Le Bonheur, Varda produit d'autres films qui font d'elle, dans les années 1960, l'une des premières représentantes du jeune cinéma français. Aux côtés de la Nouvelle Vague, on parle plutôt au sujet d'Agnès Varda, comme de Jacques Demy, de Chris Marker ou d'Alain Resnais, de cinéma de la « Rive gauche », afin de marquer une différence sociologique et politique.
Entre 1968 et 1970, elle séjourne à Los Angeles, où elle réalise un film hippie-hollywoodien, Lions Love ainsi que plusieurs courts documentaires. De retour en France, elle tourne un film féministe et optimiste : L'une chante, l'autre pas. Elle est l'une des femmes qui signent en 1971 le manifeste des 343 en France.
Puis, repartie à Los Angeles entre 1979 et 1981, elle tourne un documentaire très remarqué sur les peintures murales, Murs, murs et une fiction inspiré de sa vie à Venice Documenteur. Durant son premier voyage, elle fait connaissance de Jim Morrison, chanteur du groupe The Doors ; ce dernier avait par ailleurs obtenu un diplôme en cinématographie à l'UCLA en 1965. Elle fut l'une des rares personnes à l'avoir vu mort chez lui et à avoir assisté à son enterrement au cimetière du Père-Lachaise3.
En 1983 elle est membre du jury des longs métrages du 40e Festival de Venise.
En 1985, Sans toit ni loi, mettant en vedette Sandrine Bonnaire, lui vaut le Lion d'or à la Mostra de Venise 1985. En 1987, elle filme les états d'âme de Jane Birkin, qui, venant de franchir la barre des 40 ans, vit de douloureux moments professionnels ; Varda en fait deux films de fiction : Jane B. par Agnès V. et Kung-Fu Master4, aussi connu sous le titre du Petit Amour.
Après la mort de Jacques Demy en 1990, elle lui rend hommage avec trois films : Jacquot de Nantes, une fiction et deux documentaires : Les demoiselles ont eu 25 ans et L’Univers de Jacques Demy.
En 1995, pour le centième anniversaire du cinéma, avec l'appui de plusieurs vedettes, elle crée Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma, une fantaisie faite de clins d'œil et de références au cinéma, mais qui est un échec.
Agnès Varda au Harvard Film Archive en mars 2009.
En 2000, Les Glaneurs et la Glaneuse est un autre moment important dans sa carrière. L'utilisation d'une caméra numérique lui permet de réaliser seule ce documentaire qui est bien accueilli par les critiques et le public, et auquel elle donne une suite sous le titre Deux ans après.
En 2005, elle est membre du jury des longs métrages au festival de Cannes 2005 et la Cinémathèque québécoise lui rend hommage avec une rétrospective filmographique et une exposition photographique.
Agnès Varda réalise les multiples suppléments pour la sortie du DVD de collection Cléo de 5 à 7 et Daguerréotypes.
En 2006, elle est invitée, « vieille cinéaste, jeune plasticienne », à investir la Fondation Cartier pour l'art contemporain dans une exposition qu'elle intitule L'Île et Elle.
En 2007, en hommage à Jean Vilar, elle expose ses photos au festival d'Avignon.
Dans le long-métrage autobiographique Les Plages d'Agnès, sorti en décembre 2008, elle revient sur sa vie et sur son travail, et obtient le César du meilleur film documentaire lors de la 34e cérémonie des César.
Le 2 février 2009, elle reçoit un prix Henri-Langlois d'honneur pour l'ensemble de sa carrière, à l'occasion des Rencontres internationales du cinéma de patrimoine et de films restaurés de Vincennes ; et le 12 avril 2009, elle devient commandeur de la Légion d'honneur5.
Elle est, depuis le 22 septembre 2010, docteur honoris causa de l'Université de Liège.
Agnès Varda en 2010 au festival international du film de Guadalajara.
Agnès Varda au festival de Cannes 2011
Lors du Festival de Cannes 2013, elle est présidente du jury de la Caméra d'or.
Elle est élevée à la dignité de grand-croix de l'ordre national du Mérite en 20136.
Elle a reçu le Léopard d'honneur lors du 67e Festival international du film de Locarno7.
En 2015, la palme d'honneur du festival de Cannes lui est décernée. Elle le reçoit comme un prix de « résistance et d'endurance », dit-elle dans son discours8.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-

-




-

Page précédente


Les partenaires : Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -