Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Albert Bartholome en 1906 ne en aout 1848 et mort en octobre 1928 


Albert Bartholome en 1906 ne en aout 1848 et mort en octobre 1928 a Paris, peintre et sculpteur français.


1 - Voir



Paul-Albert Bartholomé (né le 29 août 1848 à Thiverval-Grignon, Yvelines, et mort le 30 octobre 1928 à Paris), est un peintre et sculpteur français.
Il entame une carrière de peintre à Genève, puis s'installe à Paris où il devient l'ami intime d'Edgar Degas. Il fréquente les peintres suisses installés dans la pension de famille de l'hôtel de Nice, 4 rue des Beaux-arts. Il se lie ainsi d'amitié avec les peintres Charles Giron et Gustave de Beaumont, mais aussi avec le peintre Max Leenhardt.

Il offrira ainsi ses deux chiens à Charles Giron, qui en fera de nombreux croquis. Mu par un grand sens de la camaraderie, il recevra régulièrement Max Leenhardt à sa table durant l'hiver 1879, alors que celui-ci se retrouve seul à Paris, sans tous ses amis en séjour à l'étranger.

Il n'aborde la sculpture qu'en 1886 pour s'y consacrer entièrement, développant une technique mêlant la simplicité à l'émotion contenue, « proche de l'atticisme paisible des figures d'un Pierre Puvis de Chavannes »Note 1.

Il expose avec celui-ci à la Libre Esthétique et les deux hommes se rencontrent à la Société nationale des beaux-arts dont Puvis de Chavannes est le président et où Bartholomé expose dès 1891 et fait partie de la commission d'examens avec René de Saint-Marceaux et Constantin Meunier.

Au début de la Grande Guerre en 1915, il réalise le dessin définitif de la croix de guerre qui honorera des milliers de soldats1.

En 1918, il organise une exposition de cartons préparatoires de Puvis de Chavannes, dans une salle consacrée aux grands artistes présidents de la Société nationale des beaux-arts, avec Degas et Rodin.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise, (4e division). Son gisant en pierre a été sculpté par Henri Bouchard2

Œuvres dans des collections ou des lieux publics

Sculptures

Devant l'église de Saint-Martin de Bouillant, près de Crépy-en-Valois (Oise), son premier travail de sculpture, convaincu par Edgar Degas, de créer une sculpture à la mémoire de sa femme, décédée en 1887 à l'âge de 36 ans

Sépulture de Mme Bartholomé née Fleury, au cimetière de Bouillant à Crépy-en-Valois (vers 1887)3
Tombe de Honoré Champion (vers 1909) au Cimetière du Montparnasse.
Monument aux morts - Monument officiel acheté par la Ville de Paris au salon du Petit-Champ-de-Mars en 1895 et installé au Cimetière du Père-Lachaise, une copie se trouve au Musée des beaux-arts de Lyon.
Tombe de la famille Pam au Cimetière de Montmartre;
Monument de Jean-Jacques Rousseau, commandé en 1907 et inauguré en 1912 au Panthéon de Paris, composé de trois muses au centre (la philosophie, la Vérité, la Nature), à gauche la Gloire (couronne) et à droite la Musique;
La Vérité, la Philosophie et la Nature, groupe en plâtre, Paris, (musée d'Orsay)
La Gloire, plâtre, Paris (Musée d'Orsay);.
La Musique, plâtre, Paris (Musée d'Orsay);
Buste de femme, marbre, Paris (Musée du Petit Palais);
L'Adieu, 1899, marbre, Bruxelles (Musées royaux des Beaux-Arts);
Le monument aux morts à Crépy-en-Valois dans l'Oise représente une pleureuse;
Les monuments aux morts de Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise) et de Saint-Jean-d'Angély (Charente-Maritime) sont les tirages en bronze de La Gloire, (1921);
Les Amants de l'Au-delà, Galerie nationale d'art moderne et contemporain, Rome;
Douleur en pierre, sur la tombe d'Henri Meilhac au Cimetière de Montmartre, (1900)



D'abord peintre, Albert Bartholomé s'est tourné vers la sculpture après la mort de sa femme, en réalisant son monument funéraire. Il est surtout connu pour son Monument aux morts du cimetière du Père-Lachaise à Paris dont la Petite fille pleurant est l'un des éléments.

Placé au bout de l'allée centrale, ce monument en pierre se compose de deux étages : en bas, au milieu, un couple avec son bébé dort du sommeil de la mort, protégé par un ange. Au dessus de cette niche, une porte en forme de trapèze symbolise l'entrée de l'au-delà. Un couple y pénètre. Vers cette porte convergent, à gauche et à droite, deux cortèges d'hommes, de femmes et d'enfants. La forme générale s'inspire des monuments de l'Egypte ancienne ainsi que des tombeaux néoclassiques de l'Italien Canova.

Inauguré en 1899, le monument fut unanimement reconnu comme un chef-d'oeuvre et des bronzes d'après des parties du monument furent commercialisés avec succès. La Petite fille pleurant est l'une de ces réductions réalisées d'après une des figures latérales.

Albert Bartholomé (1848-1928), d’abord peintre puis devenu sculpteur sur les conseils de son ami Edgar Degas, est une figure mythique de la sculpture au tournant du XXème siècle. Veuf éploré après la mort de la belle Périe de Fleury, il sculpte son tombeau. Un commentateur contemporain cite la pensée qui le hante alors : « Ma morte, je lui ai donné des larmes et mon talent, mais combien de disparus sont privés de tout souvenir ! Et qu’est-ce que ma douleur solitaire auprès de l’océan de désespoir que représentent toutes les générations éteintes ! Est-ce que mon deuil ne s’ennoblira pas à se débarrasser de son égoïsme et à sympathiser avec toute l’humaine souffrance ? Dressons un monument à tous les morts !». C’est ainsi que pendant plus de dix ans, le sculpteur a travaillé à un grand projet universel, dédié à tous les morts, dans une période ou la sculpture funéraire était un genre apprécié et reconnu. Le monument sera finalement mise en place au cimetière du Père-Lachaise et dévoilé à un public venu en foule le jour de la Toussaint de 1899.

En 1953, Reynold Arnould sauve le fonds d’atelier du sculpteur, resté en possession de seconde épouse, qui en fait au don au Musée, alors même que celui-ci n’est pas encore reconstruit. Les collections s’enrichissent ainsi de maquettes en plâtre pour le grand projet de Bartholomé. Ces œuvres retracent l’évolution de la pensée du sculpteur et différentes étapes de la réalisation du monument. Jamais exposées, longtemps réputées détruites, ces maquettes sculptées étaient arrivées démontées dans les collections du musée. Une exceptionnelle campagne de restauration a été engagé afin de les présenter enfin au public.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-

-




-

Page précédente


Les partenaires : Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -