Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -

- - -

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


François Hers est un artiste photographe belge 


François Hers né en 1943 à Bruxelles est un artiste et photographe belge, vit et travaille en France depuis 1968, utilise la photographie comme outil pour réaliser des performances et interroger les formes.


1 - Voir



En 1963, François Hers choisit, pour reprendre ses mot1, de sortir des murs du musée qui enfermaient les perspectives ouvertes par Dada et de créer une forme de relation entre la société, ses artistes et leurs œuvres qui soit aussi contemporaine que les œuvres elles-mêmes. Il juge que, quelles que soient les avancées formelles proposées par les avant-gardes, ces relations s’établissent encore par défaut ou restent régies par des modalités conçues à la Renaissance. Ce propos guidera toute son œuvre.
Durant les années soixante et soixante-dix, François Hers utilise la photographie comme outil pour réaliser des performances et interroger les formes que peuvent prendre la relation d’un artiste avec sa société ainsi que celles de ses membres entre eux2.
En 1972, il participe à la création d’une coopérative d’auteurs-photographes, Viva, qui lui donne les moyens de voyager et d’une réflexion sur la nature de son rapport au monde. Cela lui permet d’expérimenter également les conditions d’une économie de la demande à l’opposé des modes d’échanges anonymes caractéristiques de l’économie de l’offre en art.
Il expose dans différents musées et centres d’art. Il publie Intérieurs3 en 1981 aux éditions des Archives d’architecture moderne à Bruxelles.
En 1983, il publie le livre Récit2 aux éditions Lebeer-Hossmann, à Bruxelles et aux éditions Herscher à Paris4 ; et sous le titre A Tale5, aux éditions Thames & Hudson à Londres. Ce livre présente sa quête pour sortir l’artiste moderne d’une situation où il est condamné à n’être toujours que le héros solitaire de sa propre histoire et dans laquelle l’œuvre elle-même est enfermée dans un statut d’objet de patrimoine ou marchand sans pouvoir concrétiser l’ambition de sa génération de mettre l’art dans la vie.
Après sa participation, en 1986, à l’exposition Chambres d’amis à Gand et une collaboration avec une importante galerie d’art contemporain, il est convaincu qu’il doit continuer à chercher en dehors du musée et du marché les moyens et les collaborations inédites qui l’aideront à concrétiser son propos.
En 1983, en réponse à une demande de la DATAR (Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale), représentée par Bernard Latarjet, François Hers convainc cette administration publique de reconnaître les responsabilités culturelles qui sont inhérentes à son activité technique qui bouleverse le paysage en France et de les assumer en faisant appel à des artistes pour imaginer de nouvelles formes de rapports à l’espace contemporain. C’est ainsi qu’il concevra le protocole de mise en œuvre de la Mission photographique de la DATAR, qu'il dirigera jusqu'en 1989.

Le Protocole des Nouveaux commanditaires
L’itinéraire, hors normes, de cet artiste de la mouvance conceptuelle l’amène, en 1990, à proposer d'ouvrir un nouveau chapitre de l’histoire de l’art, celui d’un Art de la Démocratie.
En 1990, il achève la conception du Protocole des Nouveaux commanditaires - New Patrons – que la Fondation de France décide en 1991 de mettre en œuvre, en France puis en Europe, avec le concours d’un réseau de personnalités du monde de l’art contemporain auxquelles François Hers donnera le nom de médiateurs6. Ce Protocole qui propose de faire de la création artistique non plus seulement une responsabilité privée mais une responsabilité collective, définit, dans le cadre d’un partage d’égale responsabilité, les rôles de tous les acteurs sociaux : aux citoyens de dire une raison d’être de l’art et d’assumer la responsabilité d’une commande ; aux artistes de créer l’œuvre appropriée ; aux élus politiques et aux mécènes, avec leurs administrations respectives, de contribuer, avec l’aide des médiateurs, à la prise en compte de l’initiative ; aux chercheurs en sciences humaines d’éclairer les différentes dimensions de l’action et de la mettre en perspective.
Pour accompagner ce mouvement, François Hers publie, en 2001, aux éditions Les Presses du réel, à Dijon, Le Protocole7. Un premier texte manifeste traduit dans les langues de ses nombreux interlocuteurs qui sera suivi, en 2012, par la publication chez le même éditeur, en collaboration avec Xavier Douroux, codirecteur du centre d’art Le Consortium à Dijon, de "L’art sans le capitalisme"1.
En parallèle à l’action sur le terrain, François Hers développe avec la Fondation de France un soutien aux chercheurs en sciences humaines qui interrogent les différents rôles qu’ont assumés les artistes et leurs œuvres dans l’histoire.
En 2013, sous le titre "Faire Art comme on fait Société ", une somme de 47 contributions, issues de nombreux champs disciplinaires, met en perspective l'action des Nouveaux commanditaires en se fondant tantôt sur des études de commandes ou des études de cas à travers l'histoire, tantôt sur l'étude générale des fonctionnements actuels. Un autre ouvrage, en langue anglaise, qui privilégiera des points de vues anglo-saxons est également en préparation. Sous la direction de l'Institut National d'Histoire de l'Art (INHA), une anthologie de textes d'historiens qui ont abordé l'Histoire sociale de l'art est prévue en 2015 aux Presses du Réel.
Ce travail de recherche se poursuit en parallèle avec la Fondation Hartung-Bergman que François Hers dirigera depuis sa création en 1994[Lien à corriger] et qui deviendra un laboratoire où, avec son équipe, sont interrogés et inventés des modes de gestion de cette autre donnée essentielle de la culture contemporaine qu'est notre héritage artistique.
En 2013, il réalise qu’il ne peut donner, selon ses dires, de plus belle forme à cette fondation d’artistes. Il propose que sa fonction soit dorénavant assumée par un docteur en histoire de l’art à même de développer sur la durée cette histoire qui est au cœur du propos d’une telle fondation8. Cependant, au sein d’une filiale de cette fondation, HB Projet, François Hers continue en tant que conseiller culturel à apporter son aide au développement d’autres fondations d’artistes et au développement international de l'action des Nouveaux commanditaires9.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-

-
Page précédente



Les partenaires : Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -