Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
--
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Guy Bourdin était un photographe de mode français 


Guy Bourdin, né en 1928 et mort en 1991 à Paris à 62 ans, est un photographe français de mode et de publicité, travaillera pour Vogue France jusqu'en 1987, débute sa collaboration avec Vogue Italia en 1972 et avec le Vogue britannique en 1974.


1 - Voir



En 1961, Guy épouse Solange Gèze, une secrétaire originaire de Dordogne. De cette union nait Samuel Bourdin. En 1966, alors qu’il réalise à New-York les photos d’une de ses campagnes publicitaires pour Charles Jourdan, il rencontre une jeune femme de 20 ans, Holly Warner qu’il embauche comme interprète et styliste pendant son premier séjour à New York. Il quitte Solange et leur fils six mois plus tard et Holly Warner le rejoint à Paris ou ils s’installent ensemble rue du Pélican. En 1968, un mannequin autrichien Eva Gschopf suit Guy avec son assistant Duc à NY où elle s'installe avec Duc dans un hôtel près de Holly et Guy. En vérité, très amoureuse de Guy, elle rejoint rapidement le monde branché de NY, et décède au festival de Woodstock ayant chuté d'une arbre[réf. souhaitée]. 18 mois plus tard, Holly quitte Guy qui se lie avec une amie d’Eva - Sybille Dallmer. Peu de temps après que le couple s’installe ensemble, son épouse Solange qui tenait un magasin d’antiquités en Normandie décède. La thèse de suicide est évoquée par des amis du photographe mai rien n'a été prouvé. En 1981, Sybille Dallmer met fin à ses jours dans l’appartement parisien du couple1.
De nombreuses séries de Guy Bourdin se nourrissent de ces drames. D’après Serge Lutens, cité par Anthony Haden-Guest dans un article de The New Yorker retraçant la vie du photographe, « Ce que Guy faisait c’était de mener sa propre psychanalyse dans le Vogue »2.
Le photographe partage ses dernières années avec Martine Victoire, une assistante de pharmacien martiniquaise. Il lui lègue ses archives dans un testament contesté plus tard par son fils. Guy Bourdin meurt le 29 mars 1991 des suites d’un cancer diagnostiqué en 19891.

Personnalité
Discret3, cherchant la perfection de ses images et non la reconnaissance, le photographe refuse non seulement des expositions, rares de son vivant, et des publications mais aussi les distinctions. En, il 1985 refuse le Grand Prix National de la Photographie que souhaite lui remettre le Ministère de la Culture4 qui a été attribué l'année précédente à André Kertész, et ce malgré les soucis financiers et conflit avec le Fisc qui lui ont valu un emprisonnement15 :
« De multiples anecdotes courent sur ses exigences et sur son dédain de la gloire (à Jack Lang qui lui offrait le Grand Prix de la photo, il écrivit: Merci pour les confiseries, mais j'ai du cholestérol) »
. D'après un de ses collaborateurs « Guy voulait effacer toute trace de son existence »6. Il refusait les entretiens et répugnait à être pris en photo7.

Guy Bourdin est formé à la photographie durant son service militaire, passé dans l'armée de l'air à Dakar, Sénégal (1948–1949)8. En 1950, retourné à la vie civile, il expose des dessins et des peintures dans une galerie parisienne. En 1951, Il rencontre le peintre et photographe Man Ray après plusieurs tentatives1.
En 1952, il propose sa première exposition de photographies rue de Seine à Paris, le catalogue est préfacé par Man Ray. En 1953, il expose à nouveau ses photographies de paysages sous le pseudonyme d'Edwin Allan9, et en 1954, il expose à nouveau ses dessins.
1950 Première exposition de dessins et peintures à la Galerie, Rue de la Bourgogne, Paris,
1952 Galerie 29, catalogue avec la préface de Man Ray, Paris,
1953 Exposition de photographies sous le pseudonyme de Edwin Hallan à la Galerie Huit, Paris,
1954 Expositions de dessins à la Galerie de Beaune, 5 rue de Beaune, Paris,
1954 Participe à C.S. Association UK - expositions itinérantes, en 1954-55 et 1955-57, toutes deux exposées à la Whitechapel Art Gallery, Londres,
1955 Exposition de dessins à la Galerie des Amis des Arts, Paris,
1955 Exposition de peintures à la Galerie Charpentier, Paris,
1956 Exposition de dessins à la Galerie de Seine, Paris,
1957 Exposition de peintures et dessins à la Peter Deitsch Gallery, New York,
Collaborations : magazines de mode
Il est encouragé en début de carrière par Michel de Brunhoff, rédacteur en chef de Vogue France, mais ses premières photos de mode sont publiées dans le numéro de février 1955 de Vogue France, alors dirigé par Edmonde Charles-Roux8. « Il avait l'air d'un écolier » raconte Charles-Roux, frappée par les images qu'il lui avait présenté : « C'était des hommes et des femmes nus, montrant seulement leur dos ou leur postérieur à la caméra, assis. […] Le sujet choisi était loin de ce qui aurait pu nous intéresser à Vogue », mais la qualité du travail était « exceptionnelle »1. Sa première série de mode est un sujet sur les chapeaux, la première image présentait un chapeau Balenciaga avec un petit voile, Charles-Roux se souvient :« Sous la voilette, sur le visage du modèle, il y avait une mouche. Ou une abeille, je crois. Elle était morte mais avait l'air bien vivante. »1. Dans un extrait de l'émission radiophonique « Un certain regard » (1967) rediffusé par France Inter Bourdin comment ainsi le choix de cet "accessoire" : « La beauté attire les mouche comme une charogne » 10. D'autres images sont prises dans une boucherie, le modèle et son chapeau posant devant des têtes de veaux avec la langue pendante11.
Bourdin travaillera pour le magazine jusqu'en 1987. Il débute sa collaboration avec Vogue Italia en 1972 et avec le Vogue britannique en 1974.
En 1967, il réalise sa première série pour Harper's Bazaar et ses images (lesquelles ?) sont publiées dans le magazine Photo, qui vient de voir le jour. C'est pour l'édition italienne du magazine qu'il réalise se dernière série de mode (1991).
En réalisant des photographies destinées à être publiées, le photographe s'adapte aux contraintes d'édition sans renoncer à la perfection de l'image qu'il offre aux lecteurs12.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-

-




-

Page précédente


Les partenaires : Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -