Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
- -

Chris Art Création
des jouets en bois

- -
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Julia Pirotte était une photographe de presse polonaise  


Julia Pirotte née le 1er janvier 1908 à Konskowola, dans la voïvodie de Lublin et morte le 25 juillet 2000 à Varsovie, est une photographe de presse polonaise connue pour son travail à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale.


1 - Voir



connue pour son travail à Marseille pendant la Seconde Guerre mondiale, documentant la vie quodienne puis les combats de la Libération, ainsi que pour ses photographies des victimes du pogrom de Kielce en 1946.
Née à Konskowola, bourgade juive au Nord de Lublin1, Gina Diament perd sa mère à 9 ans. Son père se remarie et vient s'établir à Varsovie où il ouvre une épicerie. Après avoir passé quatre ans en prison pour activités communistes et sur le point d'être arrêtée à nouveau, elle quitte la Pologne en 1934 pour rejoindre sa sœur cadette Mindla à Paris. Tombée malade en Belgique, aidée par le Secours rouge (Belgique) elle épouse Jean Pirotte, militant syndical à Bruxelles et obtient la citoyenneté belge. En parallèle à ses activités syndicales, Julia Pirotte étudie la photographie et réalise des reportages sur la vie des mineurs polonais dans la région de Charleroi pour Le Drapeau rouge (journal). En 1939 elle effectue pour l'agence Foto Waro un reportage dans les pays Baltes lorsque l'Allemagne envahit la Pologne. Le 10 mai 1940, à la suite de l'invasion de la Belgique par les Allemands, elle joint l'exode et gagne le Sud de la France où elle travaille d'abord dans une usine d'aviation puis devient photographe de plage. Basée à Marseille, elle est engagée comme photographe de presse pour l'hebdomadaire Dimanche Illustré et prend notamment en portrait Édith Piaf tout en menant ses activités de résistante dans la FTP MOI servant de courrière pour le transport de la presse clandestine et d'armes, et la réalisation de faux papiers. Pendant ce temps, elle prend de nombreuses photographies documentant la vie quotidienne dans la ville sous le régime de Vichy, les quartiers du Vieux Port, et les enfants juifs du camp Bompard ensuite déportés vers Drancy et Auschwitz. Le 21 août 1944, Julia participe à l'insurrection de la ville et photographie la libération de Marseille par la Résistance et les troupes alliées.
Les plus grands jours de ma vie, écrit-elle, furent ceux de l'insurrection à Marseille. Comme tant d'autres, j'avais des comptes à régler avec les nazis, mes parents et toute ma famille étaient morts dans des camps en Pologne et dans les ghettos. J'étais sans nouvelle de ma sœur prisonnière politique, je ne savais pas encore qu'elle était morte guillotinée. Je me trouvais avec mon groupe de partisans, le 21 août 1944 à 15 h devant la préfecture. Les Allemands en fuite tiraient. Accroupie à l'abri de la roue d'une camionnette, j'ai réalisé ma première photo de la liberté retrouvée. L'ennemi reculait devant les partisans, c'était le début de l'insurrection2.
Après la guerre, Julia Pirotte retourne en Pologne et devient photographe de presse du périodique militaire Zolnierz Polski (Le soldat polonais) pour lequel elle documente notamment la reconstruction du pays dévasté, la vie des enfants juifs en orphelinat. Elle est la seule photographe à prendre des images du pogrom de Kielce, montrant les cercueils des victimes, les blessés à l'hôpital puis les funérailles de cet abominable massacre de juifs polonais survivants du génocide ou de rapatriés d'Union soviétique commis par la populace locale le 4 juillet 1946. Son reportage est publié dans Zolnierz Polski mais les négatifs des trois films qu'elle réalise à Kielce seront ensuite confisqués par la police politique (UB). Julia participe au Congrès mondial des intellectuels pour la paix de 1948 à Wroclaw, où elle photographie notamment Pablo Picasso, Irène Joliot-Curie et Dominique Desanti et autres « compagnons de route » du communisme stalinien. Julia se rend en Israël en 1957. Elle épouse par la suite Jefim Sokolski (1902-1974), un économiste polonais, revenu en Pologne en 1956 après avoir passé 21 ans au Goulag (son premier mari était mort au combat pendant la Seconde Guerre mondiale). À la suite de la vague d'antisémitisme orchestrée par les autorités communistes polonaises en mars 1968, elle est forcée de cesser ses activités professionnelles.
Pendant ses dernières années, elle voyage souvent en Belgique et en France où son travail est exposé aux Rencontres d'Arles en 1980. En 1984, l'International Center of Photography à New York expose également son travail. En 1994, l'exposition itinérante Julia Pirotte - Une photographe dans la Résistance lui assure une certaine notoriété en Belgique et en France.
Julia Pirotte repose au cimetière de Powazki à Varsovie, en compagnie de Jefim Sokolski. Largement oubliée en Pologne, son œuvre est redécouverte et l'objet d'une exposition temporaire à l'Institut Historique Juif de Varsovie (ZIH) en 2012 : Julia Pirotte - Twarze i dlonie/Faces and Hands3.
Parents : Baruch Diament et Sura Szejnfeld.
Sœur : Mindla (Marysia) Diament (1911 - 24 août 1944). Elle aussi agent de liaison de la Résistance, fut capturée et torturée, puis déportée et guillotinée par les allemands à Breslau le 24 août 1944. Frère: Marek (Majer) Diament (1905-1943). Exilé en Union soviétique dans les années vingt et arrêté lors des purges de Staline, il périt du typhus au Goulag.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-


Chris Art, création
artisanale
de jouets en bois


-




-

Page précédente


Les partenaires : Chris Art, création et fabrication de jouets en bois - Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -