Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
- -

Chris Art Création
des jouets en bois

- -
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Tania Mouraud, figure importante de l’art contemporain français 


Tania Mouraud, née le 2 janvier 1942 à Paris, est une figure importante de l’art contemporain français, autodidacte débute très jeune son parcours de photographe artistique avec ses initiation rooms, espaces dédiés à l’introspection.


1 - Voir



Son œuvre revêt des formes très différentes, tout en restant fondée sur un réel engagement social et un questionnement ontologique ; elle mobilise chez le spectateur la conscience de soi et du monde dans lequel il se trouve.
Autodidacte, Tania Mouraud débute très jeune son parcours artistique avec ses Initiation rooms, espaces dédiés à l’introspection. Dans les années 70, c’est par une approche analytique et intellectuelle, que Tania Mouraud allie art et philosophie dans un travail d’abord fondé sur les mots, puis plus tard sur leur typographie, porteuse de sens en elle-même.
À cette même période, les séries de photographies que réalise l'artiste se font de plus en plus nombreuses. À la fin des années 90, Tania Mouraud crée ses premières vidéos. Les thèmes de l’angoisse et de la responsabilité au monde, sont à la base des vidéos de cette artiste, dont la vie est marquée par le deuil ; « [...] dans mon travail artistique, depuis le début, cette hantise est vraiment quelque chose de fondamentalement intime que je partage avec le public. »1.
Le travail dans le champ de la vidéo incite Tania Mouraud à radicaliser son œuvre par le son. Après des concerts avec le groupe Unité de Production qu'elle fonde en 2002, Tania Mouraud se lance dans des performances live en solo. Ses installations vidéo, avec notamment Ad Infinitum (2008)2 ou encore Ad Nauseam (2014)3 et sa collaboration avec Institut de recherche et coordination acoustique/musique (Ircam) marquant ainsi un nouveau tournant dans son œuvre.
Le 4 mars 2015, débute Tania Mouraud. Une Rétrospective, la première grande exposition monographique de l'artiste au Centre Pompidou-Metz4. Cette retrospective s'accompagnera de 9 autres expositions à Metz dans 9 lieux différents comme le FRAC Lorraine ou encore à la Galerie d'Exposition de l’Arsenal; Le tout apparaitra comme un véritable itinéraire à travers la ville4.

Une jeunesse cosmopolite
Tania Mouraud est née à Paris le 2 janvier 1942. Elle est la fille de Martine Mouraud, journaliste devenue ensuite femme d’affaires puis écrivaine, et de Marcel Mouraud, avocat et collectionneur d’art moderne, tous les deux engagés dans la Résistance.
Elle est très tôt sensibilisée à l’art par son environnement familial. Elle vit en Angleterre puis en Allemagne, où elle rencontre les formes artistiques les plus avant-gardistes. Elle se forme au contact des membres du groupe ZERO, de Beuys, Cage, Corso, Coltrane... et se lie d’amitié avec Gotthard Graubner et Reiner Ruthenbeck (de).
À la fin des années 1960, elle séjourne à New York, où elle rencontre Dennis Oppenheim, et entre en contact avec la scène artistique new-yorkaise.
Sa première exposition à lieu en 1966, la galerie Zunini à Paris où elle présente ses Peintures médicales. « Si ma peinture est volontairement schématique, c'est que je désire échapper au pathos par la recherche de la précision. J'aime ce qui est net. Les sentiments sont dangereux, l'objet est défini, rassurant. Si j'envisage un jour de peindre la figure humaine, ce sera sous forme d'objet. »5
En 1968, au retour de la documenta IV, Tania Mouraud brûle toutes ses toiles, faisant de cet autodafé un acte public5.

Initiation rooms
En 1968, Tania Mouraud crée ses premiers Environnements, dits « Initiation Rooms ». Il s’agit d’espace blancs laqués, dans lesquels tout concourt à l’introspection. Appréhender l’espace d’une façon psychosensorielle, prendre conscience de soi à travers les perceptions. Ces environnements ont accueilli les performances du chanteur indien Prân Nath, d’Ann Riley et Terry Riley, ainsi que de La Monte Young et de Marian Zazeela.
Tania Mouraud envisage ces espaces comme une pièce à ajouter dans nos appartements ; « un supplément d’espace pour un supplément d’âme » comme le dit Pierre Restany6.
Tania Mouraud suit des cours de logique mathématique au Centre universitaire de Vincennes, puis part pendant 6 ans en Inde au Kerala. Elle y séjourne toujours six mois par an.

L'œuvre d'art comme proposition analytique
En 1975, Tania Mouraud réalise des installations in situ dites « Art Spaces » dans lesquelles de courtes phrases écrites sur des bâches de plastique de chantier à la dimension des murs et interrogent les conditions de la perception visuelle et amènent vertigineusement le spectateur à prendre conscience en profondeur de ce qu’il est en train de faire. «SEEING»3.
Tania Mouraud poursuit cette problématique en fondant le groupe TRANS avec Thierry Kuntzel puis avec Jon Gibson à travers des installations. Tania Mouraud expose alors au PS1 de New York, elle y rencontre Dara Birnbaum (en) et Dan Graham. Cette même année, elle commence à enseigner à l’École régionale supérieure d’expression plastique de Tourcoing.
Elle débute dans cette période ses fameux « Wall paintings7 » : il s’agit de d’immenses lettres peintes en noir, très étirées, rectilignes, très rapprochées, presque illisibles. Elles forment un mot ou parfois une phrase comme c'est la cas de « I HAVE A DREAM » ou encore en 1989 « WYSIWIG» (What you see is what you get) à la BPI du Centre Georges-Pompidou qui était " le premier des Wall Paintings de Tania Mouraud qui dissimulait sous ses hautes apparences le slogan d’une marque d’ordinateur bien connue"3.
Lorsqu’elle expose sa série de Wall paintings au sein même de l’école d’art où elle enseigne, Tania Mouraud transmet sa vision de la responsabilité de l'artiste face à l'histoire 8: « Avec cette exposition, j’entends poser aux élèves la même question qu’à moi-même : qu’est ce que cela signifie d’être artiste en 92 ? En 1992, lorsqu’il y a trois millions d’individus frappés par le chômage comme par l’exclusion, et que l’on voit réapparaître le spectre du racisme ? Alors il y a cette phrase, « I have a dream ». L’écriture fortement allongée a adopté un caractère d’illisibilité, mais il y aura toujours une personne pour la déchiffrer. Je parle pour cette personne. C’est une confidence.»9
Elle expose alors dans de nombreux centres d’art en France, puis en Angleterre, au Canada et aux États-Unis.

Photographies
À partir du milieu des années 1980, diverses séries photographiques voient le jour, notamment Made in Palace, composée de photos en noir et blanc prises au cours des « gay parties » d’un club parisien, montrant des espaces mouvementés et multisensoriels par un travail de flous3. Pour l’artiste, il y a là un lien entre peinture et photographie8. D’autres séries apparaissent jusqu’en 1992, composées de photos d’objets kitsch dans différents endroits. « Les Vitrines » ou encore « Les Rétrovisées ».
Dans la continuité de ses peintures photographiques, Tania Mouraud présente en 2008 une nouvelle série « Borderland », montrant le reflet de paysages sur les "round baler" de paille. Elle réalise d'autres séries comme Rubato réalisée dans les plantations d'hévéas au Kerala; Désastre qui porte sur les béances créées lors de la destruction de la forêt ou encore Balafres étant tournée sur les mines à ciel ouvert en Allemagne.

Vidéos et installations
Pour l'artiste, la pratique de "l'image séquentielle"8 a longtemps été mise de côté mais c'est à partir des années 1990 que Tania Mouraud s'intéresse progressivement à la vidéo, "j’ai pris l’habitude de me promener avec un caméscope et, peu à peu, l’idée s’est imposée."8 Ce sont les années 2000 qui marquent un nouveau tournant pour l'artiste où la pratique de la vidéo devient une part importante de son œuvre.
Parmi les principales créations :
« Sightseeing », 20024. Un paysage hivernal, brumeux, filmé à travers une vitre embuée, défile sous nos yeux, escorté d’un air incisif de clarinette klezmer. Pendant sept minutes, la route est une montée d’angoisse, jusqu’à l’arrêt, enfin : en face, un chemin amène fixement notre regard sur un lieu dont on ne s’approchera pas. On lit alors qu’il s’agit du Camp de concentration de Natzwiller-Struthof, qui se trouve en Alsace10,11. "la mémoire nous induit en erreur en nous donnant l’illusion d’un voyage en train, alors que tous les signes d’un voyage en voiture sont présents dans l’image."8
« La Curée », 2003. Des chiens de chasse à courre dévorent dans un ralenti sensuel, de la viande crue. "ce film est une ode à la vie. Il y a comme une violence. Mais en réalité, quand tu regardes, ce sont les peaux, les poils, c’est une chorégraphie de corps [...] Les chiens sont heureux parce que c’est leur récompense. Ils n’ont pas l’air méchants. C’est peut-être aussi la violence de l’érotisme..."3
« Le verger » ,2003. Des images de fleurs aux couleurs vives alternent avec des images de guerre dans un rythme difficilement soutenable et dans un air lourd et métallique, ponctué de cris déchirants12. Le Verger est immédiatement exposé au Fonds régional d'art contemporain de Basse-Normandie.
« La Fabrique », 2006. Installations vidéo, filmée en Inde, qui sera exposée dans plusieurs villes en France, et notamment à la Foire internationale d'art contemporain représentée par la galerie Dominique Fiat, puis en Californie, puis au Canada et enfin à Saint-Pétersburg. "Les visages de 108 ouvriers et ouvrières sur une multitude de moniteurs dans le son assourdissant des métiers à tisser fixent le visiteur en accomplissant un travail mécanique. Les corps disloqués de ces travailleurs sont le moteur d'une étrange fabrique..."13
« Roaming », 2009. Installation vidéo est exposée au musée de la chasse et de la nature à Paris.
Dans un communiqué de presse pour le vernissage en 2008 de Roaming, Borderland on lira que cette création « témoigne de son exceptionnelle maîtrise de l’art vidéo. Prises en noir et blanc, les images de sous-bois obscurs et de miradors sont retraitées de manière à devenir presque abstraites puis accompagnées d’une création acoustique qui accentue leur caractère dramatique. Saisis dans la lumière du crépuscule et magnifiés par le travail de l’artiste, ces morceaux de nature deviennent des métaphores de la condition humaine, de la violence, de la solitude et de la mort »14.
« Ad Infinitum », 2009. Immense installation vidéo à la chapelle de l’oratoire de Nantes. Projetées à l'intérieur de la chapelle, des baleines filmées de près apparaissent et disparaissent dans une eau trouble et noire. Pour Tania Mouraud, « L’ensemble évoque la supplique du vivant, le gémissement de la nature nous suppliant d’arrêter le carnage écologique mais aussi notre propre gémissement d’enfant face à l’inconnu, la disparition de la communication, de l’amour ». "Le montage d’Ad Infinitum est une chorégraphie"8
« Once upon a time », 2012. Gigantesque projection sur le building du City Hall de Toronto lors de la Nuit Blanche 2012. « Once Upon a Time montre un univers machinique qui attaque le vivant, et on a l’impression, au moment où la scie rentre dans l’arbre, qu’elle entre dans notre propre corps. »3
« Ad Nauseam », 2014. Immense triptyque vidéo au musée d'art contemporain du Val-de-Marne. |Projetées dans une immense salle, trois vidéos collées entre elles montrent une usine de recyclage de livres. Les vidéos sont dénuées de toute présence humaine, on ne peut y voir qu'une série de machine entassant, puis broyant des milliers de livres. L'installation est accompagnée d'une création sonore de Tania Mouraud faite en collaboration avec l'IRCAM. Un drone aléatoire reprenant le son des machines broyant les livres est généré en permanence3,4.
Son et Performances sonores
Tania Mouraud fonde en 2002 le groupe d’expérimentation musicale « Unité de Production » avec Christian Atabekian, Ruben Garci, Pierre Petit, Cyprien Quairiat, Marie-Odile Sambourg, Sylvain Souque et Baptiste Vandeweydeveldt.
Puis elle suit un cursus musical via Internet à l’université de Berklee. Depuis J.I.T à Brest (2008) 15, elle réalise en solo des performances d'improvisation live accompagnant ses vidéos. En 2008 à Béton Salon de Paris, puis la même année, au Centre d'art passerelle de Brest, au musée de la chasse et de la nature de Paris, puis au Lieu unique de Nantes, pendant la Nuit Blanche 2012 à la Gare d'Austerlitz ainsi qu'au Mac/Val lors de son exposition Ad Nauseam en 2014.

Un art social
En 1977, Tania Mouraud organise sa première « City performance » : 54 panneaux d'affichage sont investis dans Paris sur lesquelles le mot « NI » est écrit en 4x3 mètres, dans plusieurs arrondissements parisiens. « Négation absolue, déni d’autant plus troublant qu’il ne dit pas ce qu’il vise. Cette opération semble bien se constituer en résistance aux formes habituelles du discours publicitaire, et de la sphère marchande au service de laquelle il se place » écrit Arnauld Pierre5.
En 1993, Tania Mouraud réalise « Appartement 374 », une intervention permanente dans un appartement de l’Unité d’habitation Le Corbusier à Firminy. Les signes codifiés des gens du voyage sont sablés sur les vitres de la salle de séjour, transformée en « maison accueillante ». Pendant la durée de l'exposition, des croissants étaient distribués gratuitement au public.
En 1996, elle sème 4000 petites médailles marquées du mot love dans les rues de New York, à la Fondation Cartier et à Metz pour la fête de la mirabelle.
Cette même année, elle expose Le Silence des héros pour l’exposition Territoires occupés à Zweibrücken, en Allemagne. Le long des murs de la pièce, des drapeaux rouges et noirs sont enroulés et posés contre le mur.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-


Chris Art, création
artisanale
de jouets en bois


-




-

Page précédente


Les partenaires : Chris Art, création et fabrication de jouets en bois - Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -