Photos anciennes d'autrefois, des photographies d'époque en noir et blanc.
- -
Des photos en noir et blanc pour tous les goûts anciennes et d'autrefois, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues.














Accueil

Photos d'autrefois en noir et blanc
- Le Cantal en images
- Vieux Paris
- Cartes postales anciennes
- Personnages connus
- Cinéma et chansons
- Artiste
- Vieux métiers d'autrefois
- Sport
- Véhicules
- Indiens et cow-boys
- Enfants
- Jumeaux et jumelles
- Insolite
- Divers et autres
- Non classées
- -

Chris Art Création
des jouets en bois

- -
- Les photographes
par nationalité
- Les véhiciles anciens
par marque
de A à M
- Les véhiciles anciens
par marque
de N à Z
- Liens divers
- - - - - - - - - - - -
- Des métiers racontés
- Les anciens châteaux d'Auvergne
--
- Documentations histoire, archives du passés
- - -


-

Photos anciennes et photographies d'époque en noir et blanc et leur histoire.



  Résultats par page :   Tous les mots Au moins un  
Page précédente - les mots-clef les plus recherchés - les nouveautés - toutes les catégories


Stas Namin est un musicien soviétique et photographe russe 


Stas Namin né Anastase Alekseevitch Mikoïan en 1951 à Moscou URSS, est un musicien soviétique russe, compositeur et producteur, artiste peintre et photographe, directeur de théâtre et de cinéma, il a créé et dirigé le groupe Tsvety.


1 - Voir



Il est l'organisateur du centre de production indépendante, le Stas Namin Centre (SNC), qui a lancé de nombreuses vedettes nationales de rock et de musique pop, dont le groupe Gorky Park créé et produit par M. Namin, les groupes Kalinov most, Brigada S, Moralniï kodeks, Splin et beaucoup d'autres.
Il est aussi l’organisateur des premiers festivals de musique nationaux, parmi lesquels le Festival International Musical de la Paix dans le stade Loujniki en 1989, une série de festivals du Monde Uni de 1990 à 1995, Rock au Kremlin en 1991 et d'autres encore.
Il est le fondateur des premières entreprises privées du pays : une agence de concerts, un studio et une maison de disques une station de radio, une chaîne de télévision, un studio de design, etc., qui ont donné naissance au show-business russe.
À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Stas Namin a également créé et produit l’Orchestre Symphonique de Moscou (MSO), le spectacle Ballet sur Glace (Moscow on Ice).
En 1999, il a créé le premier théâtre de comédies musicales du pays.
Il est aussi l’organisateur de grands festivals internationaux culturels indépendants à l’intérieur des frontières de l’URSS et de la Russie ainsi qu’à l’étranger (Russian Nights).
Malgré la rayonnance et l'importance de ses projets publics et sociaux, M. Namin s’est en fait de lui-même désintéressé de son activité sociale et de la vie publique.
Ses intérêts sont tournés vers la créativité personnelle dans divers domaines des arts, et au cours de ces dernières années, il a permis la réalisation de plusieurs projets importants.
En musique, en 2009, l'année du quarantième anniversaire du groupe Tsvety, M. Namin a relancé cette formation légendaire et a enregistré le best-off de son répertoire et de leurs nouvelles chansons à Abbey Road (Londres).
Le groupe a donné le concert anniversaire Tsvety – 40 ans et en a sorti un DVD.
En 2013, M. Namin a publié 2 nouveaux albums live, Homo sapiens et Flower Power.
Le concert du 45e anniversaire du groupe Tsvety, où ont été présentées de nouvelles chansons sur le thème d’une journée, était le dernier concert public moscovite de M. Namin avec le groupe Tsvety.
En ce qui concerne la musique ethnique, ce fut aussi la période où il a produit les albums Chansons russes de village, One World Music Freedom et Méditation.
En musique symphonique, M. Namin a produit une suite de huit parties dénommée Automne à Saint-Pétersbourg.
Dans le domaine de la photographie, M. Namin a présenté les projets Points d'appui, La Magie de Vénus et d'autres encore aux musées et galeries du monde entier.
En 2015, la Manufacture de porcelaine de Lomonossov à Saint-Pétersbourg a produit plusieurs objets d’art en porcelaine à partir de ses créations.
De plus, M. Namin a réalisé des objets d’art en métal, en verre et en cristal.
Dans le domaine des arts visuels, M. Namin a créé plusieurs œuvres de peinture et de dessins, ainsi que récemment plusieurs sobjets alliant des techniques mixtes.
En 2014, M. Namin a été élu membre d’honneur de l'Académie des arts russe.
Les nouveaux spectacles présentés dans son théâtre musical et d’arts dramatiques Victoire sur le soleil, Un habitant des sommets et d'autres encore ont bénéficié d’une reconnaissance considérable de la communauté internationale.
Le journal Moskovski Komsomolets a proclamé M. Namin « l’homme de la Renaissance » en raison de son travail dans différents domaines et dans des styles variés.
École primaire no 74 de 1957 à 1961
École militaire de Souvorov – de 1961 à 1969
Né en 1951 à Moscou, « Namin » est un pseudonyme en l'honneur de sa mère - Nami Artemievna Mikoïan (musicologue et écrivaine). Stas a vécu toute sa jeune enfance avec ses parents dans les villes des garnisons militaires: le camp de Ross en Biélorussie, le village d’Alakourtti dans la région de Mourmansk et dans la petite ville de Rechlin en l'Allemagne de l'Est.
Son père, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, était le pilote militaire distingué Alexeï Anastassovitch Mikoïan (1925-1986).
Stas a été élevé par sa mère qui a initié son fils à la musique et la littérature.
Leur maison a été fréquentée par Dmitri Chostakovitch, Aram Khatchatourian, Mstislav Rostropovitch, Leonid Kogan, Alfred Schnittke, Guia Kantcheli, Gueorgui Sviridov et d'autres musiciens et artistes célèbres.
Le premier professeur de musique de Stas était le compositeur Arno Babadjanian, qui a appris au petit garçon à jouer du piano et de l’accordéon.
En 1957, Stas, âgé de six ans, entre à l'école secondaire de Moscou No 74, et en 1961, perpétuant ainsi la tradition militaire de sa famille, devient étudiant à l'École militaire de Souvorov de Moscou, où il étudia pendant sept ans.
Art et photographie
Photographie
Stas Namin a commencé à s’intéresser à la photographie depuis son enfance.
Dans les années soixante-dix, il photographiait des affiches lors des performances de son groupe. Dans les années quatre-vingts, M. Namin prenait son appareil photo lors des tournées mondiales du groupe « Tsvety » pour prendre en photo en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Afrique, en Australie et au Japon.
En ce temps-là, il n'avait l’intention de poursuivre la photographie de manière professionnelle.
C’était plutôt un désir de préserver dans sa pellicule ses impressions de ces nouveaux pays et de capturer la diversité de la beauté du monde. Dans les années quatre-vingt-dix, M. Namin prenait des photos lors de voyages d'exploration et a commencé à travailler en studio.
Dans les années 2000, il a commencé à étudier les arts visuels, la peinture et le dessin, ce qui a fondamentalement influencé sa vision du monde dans le domaine de la photographie. Ses œuvres incluent des concepts auxquels il a contribué, et notamment la représentation précise d’une beauté découverte, dont des photos comportant des corrections et des effets attestant de sa vision subjective et proches des arts visuels.
L’artiste américain Peter Max a déclaré à son propos: « Stas Namin a un talent extraordinaire. Je le connais et le suis dans son travail depuis des années. Nous nous sommes rencontrés dans un environnement créatif, et j’ai été impressionné par ses connaissances et son amour pour le rock’n’roll.
Il est musicien, impresario et un maître en photographie.
Sa composition et son choix des sujets sont uniques, et c’est un grand artiste.
J’ai quelques-unes de ses photos dans ma collection.
Et je suis heureux de savoir que le nom et les œuvres de Stas Namin sont reconnus à New York. C’est un artiste confirmé et célèbre ».
Le critique d’art Alexander Borovski, dans le magazine Sobaka Ru a déclaré : « Namin est vraiment destiné à la reconnaissance, au contact générateur d’émotions, du sens et de la forme. Le courant passe ! Et le cadre est construit solidement, autrement dit, il est organisé - sans les « ciseaux » et le traitement informatique. Le courant passe! - Et la couleur tombe à point, en surmontant les caprices de développement informatique. Le courant passe! – Et le motif qui semblait banal, touristique, acquiert cette «virginité» inattendue. Un vrai «Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu».
Même le truc le plus simple, limite enfantin, une photo avec un objectif grand-angle, soi-disant « fish-eye », que Namin aime à utiliser, taquine ses collègues, embourbés dans l'autoréflexion.
Il faut être capable de voir, messieurs, et d'apprendre ! »
« Pour moi, la photographie est une des inventions les plus mystérieuses et même mystiques de l'humanité.
Si vous pouvez capturer la vie sur pellicule au cours du temps, la photo arrête le temps, arrachant de la vie une fraction de seconde infinitésimale, un moment qu’on ne peut pas anticiper. Ce moment peut être une image encore plus expressive de la nature ou de l’homme, plus générale et vivante qu’au cinéma. Le photographe appuie sur le bouton intuitivement, mais grâce à la théorie de l’«infinitésimal», il n’influence pas le moment qui restera dans le cadre.
C’est précisément ce phénomène inexplicable qui m’intéresse, et c’est pourquoi je ne me passionne pas pour la technologie de ce processus, mais plutôt pour l’exemple, l'intuition et la subjectivité du goût ».

Peintures et dessins
Dans les années 2000, M. Namin a sérieusement commencé à pratiquer différentes techniques d'art. En 2006, le Musée théâtral Bakhrouchine a présenté ses travaux pour la première fois (dessins, peintures et techniques mixtes) dans lesquelles il a expérimenté les technologies informatiques modernes et d'autres techniques. Tout au long de ces années, ses œuvres d'art ont été exposées dans des collections prestigieuses, galeries et musées en Russie et à l'étranger. En 2013, à la Foire du livre de Francfort, le Musée Russe a présenté l'album photo original de M. Namin La Magie de Vénus. En 2014, les travaux de M. Namin ont été intégrés à l'exposition de la galerie de photos classiques incluant les meilleurs photographes du pays. En juin 2014, Stas Namin a été élu membre d’honneur de l'Académie des Arts russe.



Page précédente


Haut de page
Accueil,    les mots-clef les plus recherchés,    les nouveautés,    toutes les catégories














-


Chris Art, création
artisanale
de jouets en bois


-




-

Page précédente


Les partenaires : Chris Art, création et fabrication de jouets en bois - Mathis-Auto, Présentation et Histoire - Les plus belles photos anciennes - Paris d'antan en vieilles photos - La montagne autrefois -

Copyright © en-noir-et-blanc.com - Des photos anciennes d'autrefois en noir et blanc pour tous les goûts, des photographies d'époque à visualiser et leur histoire toutes catégories confondues. Contact Hébergeur : ovh.com
- -